Malessert

Du Clos de Bougel au Château de Malessert.
Le Clos de Bougel – l’actuel Château de Malessert – fut offert le 4 mars 996 par le prêtre Marin à Saint Odilon, abbé de Cluny et Grand Prieur du Couvent de Romainmôtier. Au fil des ans, le clos s’est agrandi par plusieurs donations successives. Notamment, en 1032, par Tumbéritus d’Aubonne, puis, en 1052, par un certain Ponce. Le “Clos de Bougel” a adopté définitivement le nom de Château de Malessert au XVe siècle.

Naegeli, le Conquérant.
Hans Franz (Jean-François) Naegeli, né à Aigle en 1496, est devenu membre du gouvernement bernois en 1533. Dès lors, il use de toute son éloquence pour persuader ses collègues d’entreprendre la conquête du Pays de Vaud. Le 22 janvier 1536, sous prétexte de délivrer Genève assiégée par les seigneurs vaudois, Naegeli part en campagne à la tête des troupes bernoises fortes de six mille homme et de seize canons. Sur son passage le Château de Rolle est incendié et villes et bourgades se rendent sans trop de résistance. En moins de trois mois, Naegeli obtint, par la terreur, la soumission totale de tous les seigneurs vaudois. Les conquérants imposant la Réforme, les religieux furent pourchassés et leurs biens saisis. Les moines de Romainmôtier durent abandonner leur monastère et les patriciens bernois se partagèrent leurs biens. Jean-François Naegeli, nommée entre-temps Avoyer de Berne, devint alors propriétaire de Malessert.

Malessert dans la corbeille de la mariée.
Naegeli eut dix-sept enfants de ses deux mariages. L’une de ses filles, Magdeleine, reçut en dot le domaine de Malessert lors de son mariage avec l’Avoyer Jean de Steiger, Baron de Rolle et de Mont, Seigneur de Rosey, de Bière, de Begnins, de Cuarnens, d’Allaman et d’autre lieux. Jean de Steiger était considéré comme l’homme le plus beau et le plus riche de son temps. Il devait mourir le 10 février 1581 des suites d’une chute de cheval. L’église de Rolle renferme sa sépulture. Sa veuve, Magdeleine, épousa en seconde noce en 1852 l’Avoyer Jean de Watteville. C’est ainsi que Malessert devint propriété des Watteville et le resta jusqu’en 1807.


Les Seigneurs de Watteville.
Six générations de Watteville se succédèrent à Malessert de 1582 à 1807. Les personnages les plus marquants furent :

Jean de Watteville (1541-1604) 
Fils de Nicolas, prévôt de Lausanne, qui avait organisé la fameuse “dispute” d’octobre 1536 qui entraîna l’établissement de la Réforme dans cette ville. Jean de Watteville fut d’abord page à la Cour de Savoie, puis devint Seigneur de Bürgenstein, entra dans les conseils de la république de Berne et devient successivement bailli de Romainmôtier, puis bailli de Lausanne et enfin Avoyer de Berne. Il épousa Magdeleine de Steiger-Naegeli.

Gabriel de Watteville (1654-1730)
Arrière-petit-fils du précédent, membre du Conseil de Berne, bailli de Morges. En 1715, Gabriel de Watteville acquiert du Seigneur de Vullierens le droit de haute et basse justice sur une partie de son domaine ce qui lui confère le titre de Seigneur de Malessert. Ces privilèges, qui répondaient sans doute à des raisons de prestige, furent reconnus et confirmés par Leurs Excellences de Berne lors d’un singulier procès.

Jean-David de Watteville de Malessert (1740-1804)
Petit-fils du précédent, intendant de Villeneuve. Il transforme totalement Malessert, faisant de la maison forte à tourelle, une demeure patricienne, dessinant un jardin à la française, exploitant lui-même son domaine en y vivant toute l’année. Jean-David de Watteville dans sa correspondance et même dans les actes officiels avait supprimé son patronyme et signait Jean-David de Malessert. Ce sont pourtant ses enfants qui vendirent Malessert à Paul Coulon de Neuchâtel.

A lire également: Malessert: une seigneurie sans cour de justice