DESCRIPTION DU FONDS
(Bibliothèque Historique du Château)

Le comptage des ouvrages a été effectué directement au rayon. Nous parlons en nombre de titres et de volumes, parfois arrondi à la dizaine. Nous n’avons pas tenu compte de quelque 200 vol. rangés dans la salle du milieu, non étiquetés et non classés, datant des 17e-19e s., ni de plusieurs liasses de brochures déposées dans une armoire de la première salle, ni d’environ 500 à 1’000 vol. (estimation) du 19e s. rangés dans douze grosses caisses en bois (toujours dans la première salle), qui eux portent une cote moderne CDU et qui devaient faire partie du fonds «moderne» de la bibliothèque. En conséquent, le nombre d’ouvrages du 19e s. sera quelque peu sous-évalué.

 

Survol chronologique et par langues 

Compte tenu de ces remarques, le fonds ancien de la Bibliothèque historique de Rolle est constitué de 6’300 titres pour 12’560 vol., y compris les brochures ou recueils de brochures (leur nombre n’est pas très élevé) et près de 1’000 vol. de périodiques. La plus grande partie des ouvrages (70%) est du 18e s., soit 4’380 titres pour 8’750 vol. Les imprimés du 19e s. comptabilisés se montent à 1’040 titres (16%) pour 2’800 vol. Reste encore 730 titres (11%) du 17e s. en 870 vol. et 142 titres (2%) du 16e s. en 147 vol. Deux volumes sont des incunables: une Biblia latina (Bâle 1495) et les Statuts de Savoie (Turin 1487). Les trois quarts des volumes (9’460) sont en français, mais seulement 65% des titres (4’100): 28 titres en 30 vol. du 16e s., 285/386 du 17e s., 2’870/6’440 du 18e s., 920/2’600 du 19e s. Parmi les langues étrangères, le latin arrive en tête, avec 1’330 titres (21%) pour 1’710 vol. (13%): 85/88 du 16e s., 382/407 du 17e s., 840/1’180 du 18e s. et 20/36 du 19e s. La langue étrangère vivante la mieux représentée est l’allemand, avec 590 titres (9%) pour 926 vol. (7%): 6/6 du 16e s., 33/40 du 17e s., 474/763 du 18e s. et 77/118 du 19e s. Viennent ensuite l’anglais (142 titres en 264 vol.) et les autres langues (136/192), surtout l’italien et le grec, mais aussi le danois, le néerlandais.

Aperçu systématique

L’aperçu systématique se fonde sur le classement matières des ouvrages au rayon, ceux-ci étant répartis en six grands domaines (cotes I à VI). Une cote VII (environ 260 titres en 890 vol.) regroupe des additions, déjà signalées comme telles dans le Catalogue de 1845: 85 titres en 457 vol. pour l’histoire, 40/135 pour la littérature, 56/72 pour le droit, 37/62 pour la philosophie, 35/48 pour la théologie et 8/13 pour les sciences. Pour les besoins de l’aperçu, nous avons réparti au mieux ces ouvrages dans les différentes matières de chaque grand domaine. De plus, nous n’avons pas tenu compte du nouveau classement des ouvrages de sciences et arts (philosophie, sciences, etc.) réalisé en 1985, préférant conserver celui d’origine, plus précis, afin de maintenir l’unité de la systématique originelle. En revanche, nous avons tenu compte de la création du fonds vaudois, mais
nous l’avons traité à part en «Collection particulière». Globalement, on constate que l’ensemble du fonds ancien se partage plus ou moins équitablement en quatre grands domaines: sciences historiques, sciences et arts, littérature et jurisprudence (de 22 à 18% des titres et de 26 à 13% des vol.). La théologie est plus faiblement représentée.

 

Sciences historiques

1’380 titres en 3’230 vol. concernent les sciences historiques (cote V), y compris la géographie, les récits de voyages, la statistique et l’économie politique. Ils représentent 22% des titres et 25% des vol. du fonds ancien. La répartition des ouvrages par siècles et par langues correspond plus ou moins à celle de l’ensemble du fonds ancien. Les ouvrages d’histoire proprement dits forment un ensemble de 850 titres en 2’000 vol. : 26/26 du

 16e s., 123/208 du 17e s., 600/1’470 du 18e s. et 102/294 du 19e s. Les trois quarts (630/1’410) des livres portent sur l’histoire moderne des différents pays européens (12/12 du 16e s., 76/124 du 17e s., 455/1’020 du 18e s. et 90/255 du 19e s.), y compris le Danemark, la Norvège et la Suède (au moins 3 titres du 18e s. en suédois), avec un accent sur la France (essentiellement du 18e s., comme Recherches sur l’origine de l’esclavage religieux et politique du peuple en France, Londres 1783; mais aussi du 17e s., tel Journal des exploits des armées royales de sa Majesté très chrestienne contre les Hollandois, [Lausanne] 1672) et la Suisse (Christian Wurstisen, Baszler Chronick, Bâle 1580); seuls quelques titres portent sur l’Amérique et l’Asie. 114 titres en 280 vol. concernent l’histoire ancienne (près de la moitié en latin et 10 du 16e s., 25/38 du 17e s.), surtout romaine, comme cette édition en français des Commentaires de César (Lyon 1555). On trouve tant des œuvres d’historiens antiques (Hérodote, Thucydide, Tite Live, César, Salluste, Tacite, Suétone, Justin; Josèphe Flavius, Le grand almageste, Paris 1533) que celles d’historiens du 18e s. 18 ouvrages en 118 vol. traitent de l’histoire universelle, comme celle de de Thou (Bâle 1742, 11 vol.), celle de l’abbé Millot (Leipzig 1777-1793, 13 vol. trad. en allemand) ou d’Antoine-Jacques Roustan (Abrégé de l’histoire universelle, Paris 1790, 9 vol.). Rares sont les livres sur le Bas-Empire et le Moyen Age (Blaise de Vigenère, Histoire de Geoffroy de Villehardouyn, Paris 1585). A coté de ces ouvrages, on trouve des introductions à l’étude de l’histoire et des chronologies (40/70), dont la Méthode pour étudier l’histoire de Nicolas Lenglet-Dufresnoy (Paris 1772, 15 vol.).
A ces ouvrages d’histoire peuvent facilement être associés une centaine de biographies (350 vol.): 1 du 16e s., 13/12 du 17e s., 68/130 du 18e s., 23/206 du 19e s. On trouve soit des dictionnaires (comme le Dictionnaire portatif des femmes célèbres, Paris 1788), soit des biographies individuelles, portant tant sur l’Antiquité (Diogène Laërce, Vitae philosophorum, [Genève] 1594) que sur l’Ancien régime (Procès de Joseph Balsamo surnommé le comte Cagliostro, Liège 1791). Les ouvrages d’archéologie sont peu nombreux: 44 titres en 59 vol. (1 du 16e s., 5 du 17e s., 38/53 du 18e s.), dont plus de la moitié porte sur les «mœurs» antiques ou sur la numismatique (Guillaume Budé, De asse et partibus ejus libri V, Lyon 1550). Les sciences historiques regroupent aussi les ouvrages de géographie et les récits de voyages. Les premiers forment un ensemble de 117 titres en 210 vol. (4 du 16e s., 17 du 17e s., 62/120 du 18e s., 34/70 du 19e s.), auquel on peut ajouter une soixantaine de cartes imprimées entre le 17e et le 19e s. On trouve une quarantaine de traités généraux (Sebastian Münster, La cosmographie universelle, Bâle 1568); une quinzaine de titres portent plus spécialement sur la géographie antique (Strabon, Rerum geographicarum libri XVII, Bâle 1571), une soixantaine sur la géographie moderne, tant de la Suisse (Matthias Merian, Topographia Helvetiae, Rhaetiae et Valesiae, [Francfort] 1642) que des différents pays européens. Parmi les quelques atlas (une dizaine), on signalera surtout A collection of plans of the capital cities of Europa (Londres 1771), 2 vol. portant l’ex-libris de Frédéric II de Prusse. On compte 110 récits de voyages en 325 vol.: 5 titres du 17e s., 75/200 du 18e s., 30/118 du 19e s. Hormis les voyages accomplis dans les différentes parties du monde, on trouve surtout des voyages en Europe et en Suisse.
Ont aussi été regroupés parmi les sciences historiques, les ouvrages de statistiques et les almanachs (48 titres en 106 vol., sur la Suisse, mais aussi sur d’autres régions d’Europe, comme la Laponie: Johann Scheffer, Lappland, Francfort 1675) et ceux d’économie politique, démographie, finances, commerce compris (80/117 du 18e s. et 30/48 du 19e s.), comme la Nouvelle relation de quelques endroits de Guinée et du commerce d’esclaves qu’on y fait de William Snelgrave (Amsterdam 1735).

 

Sciences et arts

Les sciences et arts (cote III) regroupent un ensemble de 1’350 titres (21%) en 2’220 vol. (18%). La répartition par siècles est conforme à celle de l’ensemble du fonds ancien, avec toutefois une proportion d’édition du 18e s. (990 titres en 1’610 vol.) légèrement supérieure, aux dépens des éditions du 16e s. (17/22), du 17e s. (132/141) et du 19e s. (213/446). La répartition par langues est aussi conforme à celle de l’ensemble du fonds ancien: 916/1’638 en français, 228/300 en latin, 153/200 en allemand, 35/62 en anglais et 18/21 dans d’autres langues. Près de 200 titres en près de 260 vol. concernent les mathématiques: 1 du 16e s., 10/11 du 17e s., 155/188 du 18e s., 31/57 du 19e s. Il s’agit, plus précisément, d’ouvrages d’arithmétique (24), de géométrie (18/23), d’algèbre (18/21), de mécanique (14/17), d’astronomie (30/50), d’arpentage (20/17), d’art militaire (44/50, comme Le directeur général des fortifications, Sébastien Le Prestre de Vauban, La Haye 1685), plus une trentaine de traités généraux. Ils sont plus nombreux que les ouvrages de physique (78/139: 4 du 17e s., 63/121 du 18e s., 11/14 du 19e s., Traittez des barométres de Joachim d’Alencé, Lièges 1691) ou ceux de chimie (49/93: 35/70 du 18e s. et 14/23 du 19e s.; essentiellement en français). 70 titres en 105 vol. concernent la «technologie» (ou arts et métiers): 1 du 16e s., 2 du 17e s., 44/74 du 18e s. (Auguste-Denis Fougeroux de Bondaroy, Art du tonnelier, [Paris] 1763) et 22/28 du 19e s. 190 titres en près de 310 vol. portent sur les sciences médicales: 9/11 du 17e s., 152/260 du 18e s. et 29/37 du 19e s.; les aspects les mieux représentés sont la «pathologie et thérapeutique» (48/100, comme Briefve et facile méthode pour se préserver et guérir de la peste de Jacques Dorenet, Dole 1629 ), la «matière médicale» (28/50) et la physiologie (23/31). Les ouvrages d’«histoire naturelle» forment un sous-ensemble important des sciences et arts: 185 titres en 464 vol. (1 du 16e s., 12/8 du 17e s., 106/232 du 18e s., 56/223 du 19e s.). Ce domaine regroupe des traités généraux (37/200), dont une Histoire naturelle de Buffon en 127 vol. (Paris 1799-1808, in-8°) et six éditions de l’Histoire naturelle de Pline, des ouvrages de géologie (29/43, dont Relazione dell’ultimo terremoto delle Calabrie e della Sicilia de William Hamilton, Florence 1783), de botanique (32/67), d’agriculture (60/100), de zoologie (14/38) et quelques mélanges (14/17). On signalera au passage une dizaine de titres (une vingtaine de vol.) en rapport avec les sciences occultes (2 du 17e et 9/17 du 18e s.), comme Le manuel de Xéfolius ([Paris] 1788) ou Opera nova de Bartolomeo della Rocca (s.l., s.d.). La philosophie regroupe 520 titres (près de 40% des sciences et arts) en 760 vol., dont la plus grande partie des éditions du 16e s. (12/17) et près des deux tiers des éditions du 17e s. (90/100) des sciences et arts; 380 titres en 590 vol. sont du 18e s., 38/52 du 19e s.; 124/146 en latin, 58/86 en allemand, 21/37 en anglais. Si différentes branches de la philosophie sont représentées (logique 14/16, métaphysique 22/28, psychologie 20/29), on note un accent sur les ouvrages de “morale et mœurs” (98/139, comme Les œuvres morales & philosophiques de Plutarque, Paris 1597), d’éducation (58/75) et sur la politique (82/102, comme Intérêts et maximes des princes et des Etats souverains, Cologne 1666). 106 titres (201 vol.) sont des œuvres de philosophes, anciens (Opera omnia d’Aristote en 7 vol., Lyon 1580) et surtout modernes. La partie beaux-arts est négligeable, puisqu’elle ne renferme que 40 titres en 47 vol. (2 du 17e s., 26/33 du 18e s. et 12 du 19e s.), surtout en architecture, mais pas seulement (Fragmens de Daphnis et Chloé de Jean-Jacques Rousseau, Paris 1779).

 

Littérature

Le domaine «Littérature» (cote IV) regroupe un ensemble de 1’210 titres (19%) en 2’490 vol. (20%). La répartition des ouvrages par siècles montre une proportion d’ouvrages du 19e s. de peu inférieure à celle de l’ensemble du fonds ancien, au profit des éditions du 18e s.: 34 titres sont du 16e s., 135/155 du 17e s., 867/1’983 du 18e s. et 146/320 du 19e s. Un peu moins du tiers des ouvrages (365/620) ne sont pas des oeuvres littéraires: 10 du 16e s., 50/57 du 17e s., 266/485 du 18e s. et 40/67 du 19e s., avec une part de livres en latin supérieure à la moyenne: 110 titres en 160 vol. Ces ouvrages touchent à la linguistique (127/170, dictionnaires et grammaires), à la rhétorique (47/70), à la critique littéraire (66/127), à l’histoire littéraire (68/182), à la diplomatie et à la bibliographie (57/70). Ils concernent différentes langues et diverses littératures anciennes et modernes. Un peu moins du quart des œuvres littéraires sont des œuvres de l’Antiquité: 200 titres en 350 vol. La plus grande partie est en latin (134/197). 23 titres sont du 16e s. (soit les deux tiers des éditions du 16e s. de

«Littérature»), 54/65 sont du 17e s., 110/232 du 18e s., 13/30 du 19e s. Il s’agit surtout de littérature latine, ancienne (120/220, comme une édition parisienne de 1515 des Opera de Virgile), mais aussi moderne (34/40), avec quelques œuvres grecques (45/88). Quelques 650 titres en 1’520 vol. relèvent de la littérature moderne. La part des éditions du 18e s. est plus grande que dans le reste de la «Littérature»: 520 titres en 1’266 vol. 94 titres en 223 vol. sont du 19e s., 31/33 du 17e s. et un du 16e s. (Machiavel, Tutte le opere, s.l. 1550). 77 titres en 122 vol. sont en allemand, 24/56 en anglais et 30/48 dans d’autres langues (surtout en italien). Les œuvres poétiques et dramatiques forment un ensemble de 266 titres en 388 vol. Le reste se répartit entre les «prosateurs» (138/295, dont Les bigarrures et touches du seigneur des Accords, Paris 1608), les «polygraphes» (75/343, dont les Œuvres de Montesquieu, Amsterdam, Lausanne 1761, 6 vol.) et les romans (120/377, comme les Lettres d’une Péruvienne, Paris [i.e. Lausanne] 1748). 48 titres en 120 vol. ont été regroupés sous la rubrique «mélanges», comme Guerre littéraire, ou Choix de quelques pièces de M. de V*** ([Lausanne] 1759).

 

Jurisprudence

Le fonds ancien est constitué d’un bel ensemble d’ouvrages de droit (cote II): 1’120 titres (18%) en 1’570 vol. (12%). Pour la répartition par siècles, on note une proportion plus faible d’ouvrages du 19e s. (80/136), au profit des éditions du 18e s. (846/1218) et du 17e s. (170/186); reste 27 titres (29 vol.) du 16e s. Les titres en latin (528) sont plus nombreux que ceux en français (463), mais pas les vol. (618 contre 778); reste 109 titres (142 vol.) en allemand, 17 (24) en anglais et 5 (7) dans d’autres langues. Le droit romain est le mieux représenté: 330 titres en 417 vol. (13/14 du 16e s., 47/59 du 17e s., 255/330 du 18e s., 15/15 du 19e s.); le plus ancien est Civilis historiæ juris d’Aymar Du Rivail (Mayence 1527), la plupart sont en latin, y compris 7 recueils de brochures jurdiques reliées (une centaine de pièces du 18e s. en latin). Le droit français (260/490: 6 du 16e s., 39/47 du 17e s., 190/383 du 18e s., 25/52 du 19e s., essentiellement en français, comme une édition parisienne de 1539 de La grant somme rural de Jean Boutillier) et le droit allemand (146/163: 1 du 16e s., 33/28 du 17e s., 104/123 du 18e s., 8/11 du 19e s., essentiellement en latin et en allemand) sont mieux représentés que le droit suisse (87/93, droit vaudois non compris). 60 titres (77 vol.) concernent le droit d’autres pays (Angleterre, Hollande, Pologne, Italie, Etats-Unis). Les autres ouvrages portent sur le droit ecclésiastique (41/63, dont le Traité sur la tolérance de Voltaire, s.l. 1763), sur le droit de la nature et des gens (30/60), le droit public international (28/48, comme Du contract social de Jean-Jacques Rousseau, Amsterdam 1762), le droit féodal (24/24), le droit des peuples anciens (12/19), d’autres encore sur la philosophie du droit (47/66, dont le Traité philosophique et politique de la peine de mort de Camilo Ciamarelli, Mantoue 1789), l’histoire du droit (17/16); reste quelques bibliographies (17/23) et ouvrages généraux (22/25).

 

Théologie

Le fonds ancien comporte relativement peu d’ouvrages de théologie (cote I): quelque 510 titres (8%) en 760 vol. (6%), surtout en rapport avec le protestantisme. Exceptionnellement, les éditions du 18e s. sont proportionnellement moins nombreuses que dans les autres domaines du fonds ancien (276 titres en 410 vol.) et ce au profit des livres du 16e s. (30/28, dont Ein schon bewertes lied vonn der reynen unbefleckten entpfengnüsz Marie, [s.l., s.d.]), du 17e s. (108/116) et du 19e s. (100/210). La proportion des langues est standard: 330 titres en 540 vol. en français, 116/128 en latin, 43/70 en allemand, 12/16 en anglais et 11/12 dans d’autres langues (surtout en grec). Aucun aspect ne domine. Nous avons ainsi par ordre décroissant: apologétique et polémique (80 titres en 103 vol., comme Defensio orthodoxae fidei de sacra Trinitate de Jean Calvin, [Genève] 1554), théologie historique (80/130, comme l’Histoire ecclésiastique des Eglises réformées au royaume de France, Anvers 1580, 3 vol.), homilétique (57/108, dont les Sermons sur divers textes de l’Ecriture sainte de Samuel Jossevel, Genève 1735, ou les Homélies prononcées à Londres en 1765 de Voltaire, [Genève] 1767), «critique biblique» (56/75, des Bibles et commentaires, comme In Acta apostolorum paraphrasis d’Erasme, Bâle 1524), morale et ascétique (60/73, comme les Lettres fanatiques de Beat Louis de Muralt, Londres [i.e. Lausanne] 1739), dogmatique (35/39), catéchétique (18/26), pastorale (17/21) et aussi la mythologie (23/39, dont Daemonolatreiae libri tres de Nicolas Remi, Francfort 1596). Les autres aspects ne sont représentés que par quelques livres, comme l’islam (5 corans, dont un de 1550). Le fonds ancien abrite encore une quinzaine d’encyclopédies (cote VI) en une centaine de vol., essentiellement du 18e s., en allemand et en français. On signalera une édition genevoise de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert de 1777-1779 (36 vol. de texte et 3 vol. de pl., in-4°). Ajoutons une trentaine de périodiques (près de 1’000 vol.), comme la Bibliothèque britanique (dès 1796), le Mercure historique (dès 1686) ou l’Illustration (dès 1861), qui ne sont toutefois pas complets.

 

Fonds vaudois

Un fonds vaudois a été créé en 1984 par deux futures bibliothécaires diplômées, dans le cadre de leur travail de fin d’études. Tous les ouvrages imprimés dans le canton de Vaud (du moins ceux qui ont été repérés comme tels), ceux d’auteurs vaudois (d’origine ou d’adoption) et ceux traitant du canton de Vaud ont été extraits du fonds ancien principal, recatalogués sur fiches, reclassés, recotés et rangés dans la première salle (en entrant) de la bibliothèque, elle-même rénovée (1985). Pour ce fonds, nous avons réalisé le comptage à partir du catalogue (registre) topographique, tout en effectuant certaines vérifications au rayon. Il s’agit d’un ensemble de 670 titres en 1’200 vol. Les éditions du 18e s. représentent plus de la moitié (58%) du fonds, soit 387 titres en 700 vol.; les 270 titres (487 vol.) du 19e s. (40%) sont avant tout de la première moitié du siècle; reste 5 titres du 16e s. et 14 du 17e s. Plus de 90% des titres (620) sont en français; on a seulement une trentaine de titres en latin (70 vol.), une quinzaine en allemand et 5 en anglais ou italien.

Les livres les plus anciens sont des œuvres des théologiens Pierre Viret (4 titres, dont Traittez divers pour l’instruction des fideles, Genève 1559) et Antoine de Chandieu (Traité theologic et scholastique de la parole de Dieu, [Genève] 1596). Plus de 430 ouvrages ont été imprimés dans le canton, comme La science ou les droits et les devoirs de l’homme (Lausanne 1773). En revanche, des œuvres d’une soixantaine d’auteurs vaudois ont été imprimées hors du canton de Vaud. On y trouve aussi des textes de dix-huit auteurs étrangers ayant vécu et joué un rôle important dans le canton, comme Isabelle de Charrière, Fortuné de Felice, Edward Gibbon, Albert de Haller.
Un peu plus de la moitié des titres (346) relève des sciences et arts. Parmi ceux-ci, ceux qui concernent les sciences sociales (droit, éducation, politique, art militaire, statistiques et économie politique) sont les plus nombreux: 187 titres en 365 vol. (4 titres du 17e s., 117 titres en 187 vol. du 18e s. et 66/174 du 19e s.), comme le Mémoire sur l’état de la population dans le Pays de Vaud de Jean Louis Muret (Yverdon 1766). Viennent ensuite 74 titres (107 vol.) de sciences appliquées (médecine, agriculture, technologie, dont L’art du vigneron de Pierre Reymondin, Lausanne 1798), 50 titres (70 vol.) de sciences pures (mathématiques, chimie, sciences naturelles), 30 titres (44 vol.) de philosophie, comme le Traité du jeu de Jean Barbeyrac (Amsterdam 1709), et seulement 4 titres de beaux-arts.
Un deuxième groupe d’ouvrages est constitué par quelque 153 titres (270 vol.) d’histoire, biographies (Mémoires sur l’éducation, la vie, les ouvrages & le caractère de feu Monsieur Gab. de Seigneux, Lausanne 1776), géographie, récits de voyages compris (2/2 du 17e s., 82/154 du 18e s. et 69/114 du 19e s.). La théologie et la littérature (y compris quelques ouvrages sur la langue) sont représentées par un nombre de titres presque identique: 85 (122 vol.) pour la première (2 du 16e s., 1 du 17e s., 40/64 du 18e s., 42/55 du 19e s.) et 75 (135 vol.) pour la seconde (7/8 du 17e s., 47/85 du 18e s., 21/42 du 19e s.), comme Les nuits champêtres de Jean-Charles Thibault de Laveaux (Lausanne 1784). Reste 13 titres regroupés sous généralités (catalogues de bibliothèques, périodiques); à signaler l’Encyclopédie oeconomique de Fortuné-Barthélemy de Félice (Yverdon 1770-1771, 16 vol.).

Catalogues

Catalogues modernes

  • Catalogue alphabétique auteurs et anonymes [sur fiches]
  • Catalogues du fonds vaudois [sur fiches; 1984; un fichier alphabétique auteurs et anonymes, un fichier
    alphabétique matières, un fichier des imprimeurs et un registre topographique ms.]

Catalogues anciens généraux

  • [Catalogue alphabétique des titres] [ms., avant 1843-1845; l’étiquette porte «Collège 1903»; a aussi été
    utilisé comme Registre de prêt entre 1903 et 1915]
  • Catalogue de la Bibliothèque publique de Rolle. Lausanne 1845 [systématique; avec un avant-propos,
    un règlement, l’acte de donation, la liste des fondateurs et des bienfaiteurs et un index des auteurs
    et des anonymes]

Bibliothèque publique de Rolle.

  • Premier supplément au Catalogue général 1896. Rolle 1896 [systématique; numerus currens 1-493]
  • Deuxième supplément 1901 [1 cahier bleu ms., numerus currens 494-1065]
  • Deuxième supplément du Catalogue [1 cahier ms. noir; 1909-1914/1916; numerus currens 494-1’887]

Bibliothèque communale de Rolle.

  • Supplément au catalogue général de 1845. Rolle 1914 [alphabétique
    auteurs; avec un extrait du règlement; reprend les titres mentionnés dans le supplément de 1896;
    numerus currens 1-1’667]
  • Bibliothèque communale de Rolle. Premier supplément au catalogue de février 1914.
    Rolle 1918 [alphabétique auteurs]
  • Bibliothèque communale de Rolle. Supplément au catalogue général de 1845. Rolle 1935 [alphabétique
    auteurs; reprend les titres mentionnés dans le
    Supplément de 1914; avec un extrait du règlement]
  • Premier supplément au catalogue de 1935 [dactyl.;
    aphabétique auteurs; 1936 ?]

Catalogues anciens particuliers

  • Catalogue de la bibliothèque Reverdil [1 registre ms., probablement du 19e s.; systématique]
  • [Catalogue de la bibliothèque Favre ?] [1 registre ms.,
    probablement du 19e s.; sans titre, 181 p.; systématique]

Sources et études sur l’histoire de la bibliothèque

Archives
Les Archives communales de Rolle (ACR) possèdent un dossier sur la bibliothèque (B.KKF 433, n° 416, 8 documents du 19e s.); il est aussi fait allusion à la bibliothèque dans les registres de la Municipalité de Rolle (A.ABA 8, n° 43, 1838-1842 à A.ABA 44, n° 79, 1982-1985). Toutefois, l’essentiel des archives est conservé dans une armoire de la première salle de la bibliothèque, au château. Outre la correspondance et quelques registres de dons, de prêts et de comptes, on signalera spécialement:

  • [Registre des procès-verbaux des séances du comité de la Bibliothèque publique de Rolle] [1 vol. ms., 1840-1896]
  • Règlement fondamental de la Bibliothèque publique de Rolle. [s.l.] 1840
  • Déglon, Jean-Pierre: Rapport sur la réorganisation de la Bibliothèque communale de Rolle. 29 novembre 1877 [ms., ACR B.KKF 433, n° 416] Études
    Archinard, Charles: Histoire de l’instruction publique dans le canton de Vaud. Lausanne 1870
    [sur la bibliothèque, p. 233]
  • Meylan, Anne; Schauenberg Evelyne: Bibliothèque
    publique de Rolle. Essai de réorganisation. Rolle 1984
    [travail de diplôme ABS, dactyl.]
  • Santschi, Catherine; Roth, Charles: Catalogue des manuscrits d’Abraham Ruchat. Lausanne 1971
    [sur la bibliothèque Favre, p. 10-12]